Abraham Lincoln à Springfield, Illinois

Fondée en 1821 au bord de la Sangamon River, Springfield, la capitale de l’Illinois. Il est facile de se promener à pied dans le centre de cette petite ville au charme rétro, agrémentée de nombreux parcs et agréablement embellie par une série de fresques murales géantes, plusieurs étant consacrées à Abraham Lincoln, qui vole bien la vedette à la Route 66, l’autre star de la ville.

Un président de légende

La ville vit dans la vénération d’Abraham Lincoln, considéré comme l'enfant du pays puisqu’il y vécut 17 ans, de 1844 à 1861, année où il fut élu seizième président. Ne disait-il pas en 1863 : "Springfield est ma maison, ici plus qu’ailleurs j’y ai mes plus anciens amis". Elle lui doit d’ailleurs d’être la capitale du 21e état américain, ayant succédé à Kaskaskia et Vandalia. On y visite Lincoln’s Home, la demeure où il vécut avec son épouse Mary, restaurée dans le style des années 1850. Elle fait partie du Lincoln Home National Historic Site, un parc national protégeant aussi treize autres bâtiments historiques des années 1850-1880 couvrant quatre pâtés de maisons occupées jadis par les voisins du couple Lincoln, des amis et des commerçants du quartier, typique la province américaine d’autrefois avec ses barrières blanches bien proprettes.

La maison d'Abraham Lincoln
La maison d'Abraham Lincoln

Nous passons un bon moment à l’Abraham Lincoln Presidential Library and Museum (ALPLM) qui abrite de nombreux documents et manuscrits du grand homme dont un exemplaire manuscrit de la Gettysburg Address, le discours qu’il prononça  après la bataille décisive de 1863 et que tous les petits écoliers américains se doivent de savoir par coeur. Nous avons été touchés aussi par des objets du quotidien lui appartenant comme le fameux haut de forme en tuyau de poêle dont il ne se séparait jamais (des rumeurs disent que ça n’est pas le sien…), la plume utilisée pour signer la proclamation d’émancipation des Noirs ainsi que les gants et un mouchoir imprégnés de sang qu’il portait le soir de son assassinat au théâtre Ford à Washington. Les jeunes enfants ne sont pas oubliés avec "Mrs. Lincoln’s Attic" (le grenier de Madame Lincoln). Ils peuvent endosser des costumes du temps jadis à leur taille, costume de Lincoln, robe de son épouse ou uniforme de soldat de la Guerre de Sécession. Ils peuvent aussi jouer avec une maison de poupée ou réviser à l’ancienne leur alphabet avec une ardoise et de la craie.

La famille Lincoln devant la reconstitution de la Maison Blanche
La famille Lincoln devant la reconstitution de la Maison Blanche

Le complexe a été inauguré en 2005 lors d’une cérémonie à laquelle participaient 25 000 personnes dont George W. Bush et madame ainsi qu’un sénateur qui allait devenir célèbre, Barack Obama. Springfield n’avait probablement pas vu pareille foule depuis l’élection de Lincoln. Nul doute que les deux hommes ont du piquer plein d’idées pour leur propre musée…

Les expos interactives, utilisant des effets spéciaux et notamment des hologrammes mais aussi des acteurs, sont saisissantes de réalisme et très distrayantes tout comme la reproduction partielle de la Maison Blanche en 1861, année de son accession au pouvoir. Rien de très surprenant finalement quand nous apprenons que tout ou presque a été imaginé par les équipes Disney.

À voir en ville

Parmi les autres bâtiments significatifs, citons le Capitole d’état datant de 1877. Le Old State Capitol, sis au 1 Old Capitol Plaza, ne doit pas être confondu avec le Capitole actuel, près de vingt mètres plus haut que le Capitole fédéral. On peut voir aussi le site de son étude d’avocat où il exerça avec divers associés, Lincoln-Herndon Law Offices (au second étage).

Le Old Capitol de Spingfield
Le Old Capitol de Spingfield

Le Great Western Railroad depot récemment classé au National Register of Historic Places n’est rien moins que la gare d’où Lincoln partit pour la Maison Blanche, celle où les habitants le virent vivant pour la dernière fois en 1865 avant qu’il ne revienne pour ses funérailles la même année. À un block à l’est de 9th Street sur le parcours de la Route 66, cette bâtisse en brique de 1852 est aujourd’hui un musée au rez-de-chaussée.

Paradoxe, la ville qui célèbre l’émancipateur des Noirs américains connut un triste moment avec les émeutes de 1908 où les Blancs s’en prirent aux Noirs, rappelé par le Race Riot Memorial inauguré en 2009 dans Union Square Park en face de l’Abraham Lincoln Museum. Le sculpteur noir Preston Jackson a réalisé deux bas reliefs en bronze noir en s’inspirant des deux cheminées qui se dressaient sur les ruines fumantes après deux jours d’émeute. Parmi les personnages, on reconnaît Barack Obama en tambour… ! Ces événements allaient mener à la création du NAACP (National Association for the Advancement of Colored People), l’organisation qui allait être de toutes les batailles pour les droits civiques des Noirs au XXe siècle. Springfield avait eu déjà le triste privilège de se trouver sur la "The Trail of Death" suivie par les Potawatomis déportés de l’Indiana au Kansas en 1838, commémorée par plusieurs markers.

Comme tant d’autres, nous nous somme rendus sur sa tombe au Oak Ridge Cemetery, un véritable monument datant de 1874 dominé par un obélisque haut d’une trentaine de mètres posé sur un piédestal et cerné de bronzes honorant infanterie, artillerie, cavalerie et marine. À noter un buste du grand homme réalisé par Gutzon Borglum connu mondialement pour son oeuvre du Mont Rushmore. À ses côtés reposent son épouse Mary Todd Lincoln et trois de ses fils tous morts jeunes, l’aîné étant enterré au cimetière national d’Arlington. Chaque mardi en été, une cérémonie aux couleurs avec un drapeau authentique datant de la Guerre de Sécession est donnée par des volontaires en costumes d’époque du 114e régiment d’infanterie de l’Illinois devant sa tombe. Pour vous imprégner de l’esprit de Lincoln, nous vous conseillons de (re)voir le biopic de Steven Spielberg qui valut à l’anglo-irlandais Daniel Day Lewis son troisième Oscar pour son exceptionnelle interprétation.

La tombe monumentale du président Lincoln
La tombe monumentale du président Lincoln

Des musées à gogo

Capitale d’état oblige, la ville possède une bonne dizaine de musées et plusieurs galeries d’art. L’Illinois State Museum est l’occasion d’en apprendre davantage sur l’histoire de cet état. Sa boutique propose de l’artisanat réalisé par les artisans locaux assez remarquable. Allez voir l’original totem effilé réalisé par un artiste inuit figurant le grand Abe coiffé de son sempiternel haut de forme. Il faut passer le coin de Spring Street, car il bien caché sur le côté ouest du musée. Autre curiosité statuaire locale, "White-tailed Deer", un daim à queue blanche réalisé par John Kearney à base de pare-chocs chromés soudés… Vous le trouverez devant le Visitors Center du Capitole à deux blocks du totem.

Distinguons encore l’Illinois Fire Museum, l’Illinois State Military Museum, qui, logé dans un étonnant château médiéval de bande dessinée sur la base de la National Guard, expose la jambe artificielle de Antonio Lopez de Santa Anna, le général mexicain vainqueur à Alamo (elle fut ramenée en trophée par un régiment d’infanterie de l’Illinois après la guerre contre le Mexique en 1848).

L’Illinois State Police Heritage Foundation Museum, le Museum of Springfield History exposant une superbe collection de montres de l’Illinois Watch Company utilisées par les chemins de fer, le Springfield & Central Illinois African American History Museum, l’Air Combat Museum ou encore les collections du Trutter Museum, terminent cet inventaire partiel à la Prévert, de quoi jouer les prolongations... Il y avait même un musée des traditions funéraires (Museum of Funeral Customs) qui a fini par fermer en 2011, ouf !

On signale aux férus d’architecture, la Dana Thomas House, conçue par Frank Lloyd Wright entre 1902 et 1904 dans le fameux style Prairie alors à la mode avec ses 35 pièces sur trois niveaux principaux.

Aux environs

À la périphérie, 20 miles au nord-est sur la Route 97 près du charmant bourg de Petersburg aux nombreux bâtiments historiques classés et occupés par des magasins d’antiquités, Lincoln’s New Salem est une reconstitution du village de pionniers où vécut Lincoln de 1831 à 1837. Tour à tour, employé de magasin ou des postes, il s’enrôla pendant la guerre contre le chef indien Blackhawk avant d’étudier le droit et de connaître sa destinée présidentielle. Elle est racontée dans "Vers sa Destinée", le beau film de John Ford de 1939 où le jeune Henry Fonda incarnait magnifiquement le jeune Mr Lincoln. Bâtiments en bois et rondin, magasins, ateliers animés par des figurants en costumes animent aujourd’hui le site évoquant la vie dans le Midwest des années 1850.

Le village reconstitué de New Salem
Le village reconstitué de New Salem

 

Carnet d’adresses

Lincoln’s Home, Eigth & Jackson Streets
Abraham Lincoln Presidential Library and Museum, 112 N 6th Street
Lincoln-Herndon Law Offices, 6th & Adams Street
Great Western Railroad depot, 930 E. Monroe Street
Race Riot Memorial, N. 6th Street
Illinois State Museum, 502 S. Spring Street
White-tailed Deer, 425 S. College Street
Illinois State Military Museum, 1301 N. MacArthur Boulevard
Dana Thomas House, 301 East Lawrence Avenue

© photo principale : Dan © photos article de haut en bas : n° 2 Daniel Schwen, 3 Winonave, 4 Jason Michael Cohen, 5 CC0 Public Domain, 6 CC BY-SA 2.5