Balades au parc de Yosemite en famille

Lorsque nous avons quitté San Francisco pour les collines de la Sierra Nevada, au pied du parc national de Yosemite, nos quatre enfants étaient encore jeunes et nous suivaient sans discuter pendant quelque dix kilomètres. Nous avons ainsi collectionné les balades à pied et à vélo dans la vallée de Yosemite. Le chouchou des parcs nationaux est le paradis sur terre… sauf quand les routes sont encombrées et que l’on doit faire la queue pour entrer. Le bonheur, quand on vit juste à côté, c’est de pouvoir y aller dans des conditions optimales. Si vous le pouvez, évitez de visiter Yosemite l’été et privilégiez le printemps (juin) et l’automne (jusqu'à mi-octobre), les deux plus belles saisons tant au niveau beauté des paysages que nombre de visiteurs. L’hiver est aussi magnifique, mais l’accès est plus difficile à cause de la neige.

Les chutes Chilnualna

Les chutes Vernal
Les chutes Vernal

Au printemps, les chutes Chilnualna coulent à flot. Je recommande cette randonnée de 13 kilomètres aller-retour aux visiteurs qui accèdent au parc par l’entrée sud et ne veulent pas conduire jusque dans la vallée. L’accès au sentier n’est qu’à 8 kilomètres de l’entrée du parc.

Cette randonnée combine isolement, effort physique modéré et beauté de la nature. La première fois que nous avons fait cette balade, mon fils avait six ans. Des années plus tard j’ai réalisé qu’il était un excellent marcheur, un trooper comme on dit ici. Il faut dire que je gardais toujours à portée de main toutes sortes de petites choses à grignoter et à boire et qu’il me croyait encore quand je lui disais que oui nous étions presqu’arrivés.

Mais franchement les enfants qui aiment la nature et la marche peuvent faire partie de l’expédition. Il n’y a pas de passage dangereux et la présence d’eau sur le sentier, si la saison des pluies a été abondante, leur plaira pour y faire flotter des morceaux de bois recueillis sur le chemin. Il faut par contre être vigilant en arrivant au sommet puisque la puissance de l’eau qui descend des montagnes est à la fois extraordinaire pour les yeux et dangereuse pour les imprudents. Mais promis, l’effort et la prudence seront récompensés à 100%.

Mis à part Vernal et Nevada, les cascades de Yosemite sont saisonnières et leur beauté dépend des précipitations. Pour les remplacer, si la saison des pluies a été basse, il y a les lacs qui eux ne sont pas saisonniers.

Le lac Ostrander

Le lac Ostrander
Le lac Ostrander

Une balade au lac Ostrander est relativement facile, et sa distance est modérée par rapport à la majorité des randonnées dans Yosemite. Cerise sur le gâteau, le lac est beau en toute saison.

Le sentier qui mène au lac est de 10 kilomètres environ. Mais les 20 kilomètres aller-retour traversent un terrain varié, ce qui est rend l’escalade intéressante et aisée. Les quatre premiers kilomètres se font à travers un paysage forestier superbe après la saison des pluies et la fonte des neiges. La flore dans Yosemite est spectaculaire au printemps. L’ascension est progressive et le terrain ne devient escarpé que vers la fin de la randonnée, restant cependant accessible à n’importe quel marcheur décent, y compris des enfants.

Le lac se découvre soudainement, alors que rien ne l’annonce, et c’est un moment de réel bonheur. Des mots clichés viennent à l’esprit : lové dans un écrin de pierres et de sapins. Mais c’est exactement ainsi que le lac apparaît. L’hiver, l’accès se fait à ski de fond ou avec des raquettes. Un refuge qui semble sortir d’un livre de contes permet, avec réservation, de passer la nuit.

Les paysages de Yosemite évoquent le début des temps, quand notre planète encore neuve éclaboussait de beauté sauvage et impressionnante. Quant à moi, ils me rappellent l’immensité vertigineuse des États-Unis.

Liens utiles
En savoir plus sur les chutes Chilnualna
En savoir plus sur les cascades Vernal et Nevada
En savoir plus sur le lac Ostrander

Retrouvez Évelyne sur son blog Evelyne Holingue

© photo principale : Kenny Karst    © photos articles de haut en bas : Fotofeeling / AGE Fotostock ; Évelyne Holingue