top hawaii

Le top 5 des îles d’Hawaii

L’archipel est une destination à part entière, justifiant un voyage à lui seul. Il est criminel de s’en contenter comme d’une extension balnéaire après un circuit dans l’Ouest américain, distant de 5 heures de vol.

Sur les 132 îles, seules six reçoivent les voyageurs. Les touristes se précipitent sur Oahu, l’île de la capitale Honolulu avec sa célèbre plage, Waikiki. Très peu de voyageurs, explorent l’intérieur de l’île la plus peuplée, pourtant magnifique, se contentant de l’impressionnant Mémorial de Pearl Harbour et d’une soirée luau au Polynesian Cultural Center.
Si l’on fait le tour de l’île, on découvrira sa côte Nord, la préférée des surfeurs. Mais Oahu est un peu l’arbre qui cache la forêt. Dommage de passer autant d’heures dans les avions pour rester sur une plage en pleine ville.
De plus, la fréquentation faisant monter les prix sur Honolulu, il est préférable d’opter pour les autres îles dont certaines bénéficient de vols directs depuis les Etats-Unis continentaux évitant ainsi le transit à Honolulu.

1 Kauai, l’île Jardin

HTA/T. Johnson – Canyon de Waimea

HTA/T. Johnson – Canyon de Waimea

Toile de fond de la série Lost ou de Jurassic Park, Kauai offre une parfaite illustration de ce que pourrait être le paradis : des plages superbes de sable noir ou blond comme la baie d’Hanalei, des montagnes drapées de végétation luxuriante argentée de quantités de cascades et une rivière tropicale… La vertigineuse côte de Na Pali, inaccessible autrement qu’à pied ou en bateau, ravira les amateurs d’expéditions avec son sentier de grande randonnée, souvent bien pentu et glissant…
Sinon, l’hélicoptère reste la solution la plus spectaculaire, permettant d’apprécier le chaos vert et rouge du Waimea Canyon, le Grand Canyon du Pacifique selon Mark Twain. Les bungalows du Aston Waimea Plantation Cottages, du côté de Poipu, autrefois résidences des cadres de la plantation, ont gardé leur cachet tropical.

2 Maui, l’île aux Vallées

blog-usa-rainbow-falls-waianuenue-hawaï

Hawaii Tourism Authority/Tor Johnson

Ses ailes de papillon, lui donnent un air de Guadeloupe. Elle recèle des sites spectaculaires et parfois très isolés. À l’ouest : la vallée moussue d’Iao et son pain de sucre haut de 365 mètres, le train à vapeur traversant les champs de canne à sucre pour rallier la plage de Kaanapali, le vieux port baleinier de Lahaina d’où l’on part pour aller écouter les cétacés.
À l’est, tout tourne autour du Haleakala National Park dont la profonde caldera est dominée par les dômes des observatoires astronomiques.
Il faut se lever tôt pour admirer la brume au soleil levant se déchirant sur ce paysage martien à arpenter à pied ou à VTT. Les innombrables virages de la route de Hana vous mèneront dans un bout du monde, battu par l’océan et strié de chutes d’eaux. On est tombé un peu par hasard, dans le cimetière de l’église de Palapala, Ho’omau Church, sur la tombe de Charles Lindbergh.
Ironie de l’histoire, le légendaire aviateur vainqueur de l’Atlantique en 1927 est enterré au cœur du Pacifique ! Le volcan noyé de Molokini est sans doute le spot de plongée le plus original de l’archipel.
Parmi les innombrables hébergements de grande qualité, on a beaucoup aimé la situation et les services du Hana Travaasa.

3 Hawaii, la Grande Île

HTA/T. Johnson – Parc national des volcans d'Hawaï

HTA/T. Johnson – Parc national des volcans d’Hawaï

Normal c’est le nom qu’il avait donné aux îles… Si la grande majorité des hôtels se trouve dans la région de Kailua-Kona, au café très réputé, on a adoré la luxuriance sauvage de la Hamakua Coast au nord de Hilo. La route, suspendue entre océan et montagne, alterne les cascades et les petits bourgs hors du temps datant des compagnies sucrières avant de déboucher sur l’extraordinaire Waipi’o Valley, difficile d’accès.
On bouclera la boucle en passant au Ranch Parker, le plus grand ranch des Etats-Unis, où chevauchent les cow-boys du cru, dont l’origine hispanique leur vaut toujours le surnom de paniolos. Les coquets cottages du Jacaranda Inn sont souvent fréquentés par les astronomes en poste au sommet du Mauna Kea. Si vous préférez les resorts hors norme, le Hilton Waikoloa Village est un must.

4 Lanai, l’île aux Ananas

blog-usa-hawai-ukulele

Tor Johnson / Hawaii Tourism Authority (HTA)

Elle fut de 1922 à 1985 la propriété de la Dole Company, spécialiste de l’ananas en conserve. Y ayant développé la plus grande plantation au monde, on construisit pour ses employés le village de Lanai qui subsiste encore aujourd’hui.
On a trouvé l’ambiance assez insolite, entre le village de la série Le Prisonnier et une version tropicale des corons du Nord. En 1992, l’île fut vendue à une société touristique qui y développa deux resorts de luxe équipés de golfs et de tennis, estampillés Four Seasons qui sont parmi les rares possibilités d’hébergement avec les dix chambres de l’historique Lanai Inn de 1922 où descendaient les cadres de Dole.
Attention, il n’y a qu’une seule station service sur l’île. En dehors de quelques plages, souvent impropres à la baignade, il existe plusieurs curiosités qui soulignent l’aspect insolite et exotique au sens propre de cette île à l’atmosphère unique dans l’archipel.
On se balade assez facilement en quad. Les chaos de roches rouge violacés de Garden of the Gods donnent une touche western insolite. Plusieurs sites archéologiques avec des rochers de lave estampillés de pétroglyphes datent d’avant l’arrivée des blancs. Près de Shipwreck Beach qui porte bien son nom depuis un premier naufrage en 1824, Federation Camp est un village bien fantomatique.
Ce sont les pêcheurs philippins qui le construisirent dans les années trente lors de leurs campagnes de pêche avec des débris d’épaves et du bois flotté ramassés sur la plage. La touchante petite église de Kalokahi o Ka Malamalama remonte à la fin du  XIXe siècle. À l’ombre des pins de Norfolk plantés autrefois par les britanniques, elle est l’une des icônes de l’île.

5 Molokai, l’île de l’Amitié

HTA/D. Edmunds – Molokai

HTA/D. Edmunds – Molokai

L’atout principal de l’Ile Oubliée encore appelée L’Ile de l’Amitié est d’être encore relativement protégée. Peu structurée, peu peuplée possédant peu de complexes touristiques sophistiqués même s’il a quelques golfs, elle se vante assez justement d’être restée l’île la plus authentique de l’archipel.
Ici pas de frénésie, pas de stress, pas d’embouteillage, on aime prendre son temps… Il est sûr que si vous aimez les hôtels suréquipés, une animation nocturne échevelée et le shopping, vous resterez sur votre faim. « Molokai, c’est Hawaii dans les années cinquante » vous diront les locaux.
Les plantations d’ananas ou de café, la nature exubérante faite de plages, cocoteraies et cascades arrosant une rainforest luxuriante camouflant de vieilles églises, vous laissent imaginer l’archipel d’autrefois. Vous le constaterez aussi en flânant au marché du petit port de carte postale de Kaunakakai au wharf interminable avec ses 800 mètres.
Il faut absolument descendre en mule ou à pied un sentier de cinq kilomètres rythmé de 26 épingles à cheveux taillées à flanc de montagne jusqu’à la péninsule de Kalaupapa, une coulée de lave coupée du monde par des falaises frisant les 500 mètres de haut. Vous y tomberez sur l’ancienne léproserie du père Damien de Veuster classée National Historic Site, un bout du monde assez impressionnant.

Les bungalows de l’hôtel Aqua dans le style d’un village polynésien au pied d’immenses cocotiers à quelques mètres de l’océan nos ont permis de rester dans l’ambiance.

Hawaii

À propos de Jean-Marie

SE PASSIONNE POUR LES ÉTATS-UNIS DEPUIS… sa panoplie de Davy Crockett reçue à l’âge de 5 ans. AIME… le chocolat et la pomme de terre. DÉTESTE… la paperasserie administrative. En Amérique tout est plus simple, surtout en pleine nature.