Dans les brumes d’Alcatraz

Nous avons visité quelques sites éparpillés sur le pourtour de sa baie, classiques ou insolites, histoire de se tremper dans son atmosphère si particulière, surtout quand le brouillard surgit, propice aux frissons stimulés au moment de Halloween…

Une île symbole

Alcatraz, l'ancien pénitencier aujourd’hui classé parc national, fut d’abord un fort et une prison militaires. L’île fut même équipée du premier phare de toute la côte ouest en 1854. Transformé en prison fédérale de haute sécurité, elle accueillit, de 1934 à 1963, les plus grands criminels dont Al Capone, sans doute le plus célèbre d’entre eux, mais aussi George "Machine-Gun" Kelly, Alvin Karpis, l’un des associés de John Dillinger, et le premier à "bénéficier" du label d’ennemi public Numéro 1.

Désaffecté, le pénitencier d’où l’on ne s’évadait jamais même si la légende donne quelques exceptions, fut occupé en 1969 par les activistes indiens voulant attirer l’attention du monde sur leur condition. Soutenus notamment par Jane Fonda, Anthony Quinn, Marlon Brando ou la chanteuse d’origine indienne Buffy Sainte-Marie, 84 Indiens tinrent tête aux autorités pendant 18 mois avant que les derniers occupants ne soient évacués en 1971. Chaque année en novembre une délégation indienne vient commémorer leur occupation.

blog-etats-unis-san-francisco-alcatraz-indian

Un site incontournable

En 1972, L’île est englobée dans la Golden Gate National Recreation Area nouvellement créée. Grande icône de San Francisco, passage incontournable pour un séjour aux Etats-Unis, elle est désormais visitée par près d’un million et demi de visiteurs chaque année. Avec une telle charge atmosphérique, il n’est pas surprenant que Hollywood l’ait repérée. Elle fait littéralement partie de la distribution de nombreux films comme Le Prisonnier d’Alcatraz avec Burt Lancaster incarnant un prisonnier modèle, à ne pas confondre avec L’Evadé d’Alcatraz avec Clint Eastwood qui revint sur l’île dans L’Inspecteur ne renonce jamais. Elle tient un rôle important encore dans Le Point de non retour avec Lee Marvin et la sublime Angie Dickinson. Plus récemment, la quasi-totalité de l’action de The Rock à la distribution 4 étoiles (Sean Connery, Nicholas Cage, Ed Harris) mais au scénario improbable, se déroulait sur place.

blog-etats-unis-san-francisco-alcatraz

Pour visiter l’île prison, il faut réserver longtemps à l’avance (à partir de 90 jours avant votre venue), le service des parcs nationaux en limitant le nombre d’entrées. Les bateaux des Alcatraz Cruises appareillent du Pier 33 à l’Embarcadero. Avec la traversée, est inclus le prêt d’un audioguide avec ses écouteurs. Attention, on ne trouve rien pour s’alimenter sur place, mieux vaut prévoir un petit casse-croûte et à boire car on  marche beaucoup pendant cinq bonnes heures…

blog-etats-unis-san-francisco-alcatraz

Alcatraz by Night

Le plus long (et plus cher…) des divers tours proposés consiste en une visite en fin de journée avec retour de nuit, sans doute l’option la plus évocatrice. C’est le seul qui permet d’aller dans quelques coins reculés que les autres programmes n’ont pas le temps d’inclure. On se voit ouvrir certaines portes bien grinçantes à souhait, des grilles entrebâillent sur des alignements de cellules sordides, des murs recouverts de graffiti sans doute postérieurs à la prison en activité, si l’on ose dire. Alternant avec des passages en extérieur alors que le rayon du phare tourne au dessus de nos têtes et que les graves des deux cornes de brume brament à qui mieux mieux en couvrant le piaillement des oiseaux de mer, il y a de quoi éprouver une certaine angoisse même si le tour s’effectue en groupe (trente personnes)...

blog-etats-unis-san-francisco-alcatraz

Nous marchons ainsi entre chien et loup, au bord des falaises, s’attendant à croiser des bagnards prenant le frais en admirant le panorama tantôt sur le pont du Golden Gate, la skyline de San Francisco ou celle d’Oakland, mais la roche n’abrite que des nichées de pélicans qui ont donné leur nom à l’île, accompagnés de mouettes, goélands et autres cormorans. Un voile de brume commence à s’agripper aux rochers auréolant les bâtiments décrépits d’une touche de mystère… Il faut redescendre à l’embarcadère alors que mugit la sirène plaintive de notre bateau appelant à remonter à bord. Personne n’a envie d’être oublié, des rumeurs courent sur des personnes disparues après avoir passé la nuit, contraintes et forcées… On a beau soupçonné les guides d’alimenter la légende, nous n’avons plus envie de nous éterniser !

blog-etats-unis-san-francisco-alcatraz
© Photo principale : darrylikc / Flickr ; © photos de l'article : n°2 Mike Wilis, n°3 amanda, n°4 johrling, n°5 rarabecca, n°6 b0jangles / Flickr