Dans les pas de Bob Dylan 2 : le Minnesota, où naquit l’inspiration

Le Minnesota est très présent dans l’œuvre du grand Bob, le meilleur exemple étant son album Highway 61 Revisited. Il porte le nom de la route descendant de la frontière canadienne jusqu’au Golfe du Mexique en longeant la superbe côte nord du lac Supérieur puis le Mississippi au plus près de son cours. Surnommée la « Route du Blues », elle est devenue une source d’inspiration pour tous les musiciens et compositeurs américains.

Duluth, la ville où Dylan naquit deux fois

Bob Dylan y est né le 24 mai 1941 au Saint Mary’s Hospital. Il habita jusqu’en 1948 au 519 North 3rd Avenue East, une maison dans le style victorien sur les collines dominant le lac Supérieur, dans un quartier majoritairement juif et polonais, allant au jardin d’enfant de la Nettleton Elementary School (108 E. 6th St.). Pas très loin de la maison du jeune Zimmy, au carrefour de First Street et Second Avenue, on trouve un mémorial en l'honneur de trois Noirs, lynché à Duluth en 1920  par une foule persuadée qu’ils avaient violé et tué une jeune fille blanche. Desolation Row listée sur l’album Highway 61 Revisited se réfère à ce triste évènement. Bob et sa famille rejoindront Hibbing, à 120 km au nord, en 1948.

La maison de la petite enfance de Bob
La maison de la petite enfance de Bob

En 1959, il n’a pas encore 18 ans quand, de passage en ville, Bob assiste à au concert donné par Buddy Holly, J.P. Richardson, alias le Big Bopper et Ritchie Valens au Duluth Armory (2416 London Road). Énormes vedettes de l’époque, ils vont disparaître tous les trois dans un accident d’avion du côté de Clear Lake, dans l’Iowa, le 3 février de la même année. "Le jour où la musique est morte" va marquer tous les fans de musique à l’époque et l’événement va inspirer de nombreux artistes. On se souvient notamment de J'avais deux amis par Eddy Mitchell. Fasciné par Buddy Holly, Dylan raconta plus tard que leurs regards s’étaient croisés ce que les fans interpréteront comme un passage de témoin, un rien mystique… Une vocation est née ? La même année, Dylan s’installera à Minneapolis, un autre chapitre de sa vie…

La mythique salle de Duluth Armory
La mythique salle de Duluth Armory

Une expo photo orne les murs de Fitger’s, une ancienne brasserie et aussi un hôtel rétro dans le centre ville (600 East Superior Street). La balade en bord de lac via l’emblématique pont transbordeur mène au Bayfront Park (S. 5th Av. W.) où l’artiste se produisit en 1999 avec Paul Simon, prononçant ces mots "You know, I was born up on the hill over there", puis en 2013. Le parc est le site de l’annuel Bayfront Blues Festival, l’un des plus réputés du Midwest.

Carnet de note

 

À Duluth, à la fin mai, la Dylan Fest est une semaine de spectacles, d’expositions et d’animations diverses sur et autour de Bob Dylan.

 

La ville a imaginé un parcours long de 1,8 mile, la Bob Dylan Way, jalonné par des panneaux siglé de la silhouette de l’artiste jouant de la guitare. Plantés sur Michigan Street, Superior Street et London Road (la fameuse Highway 61 traversant la ville portuaire), ils signalent les sites qui relient Bob Dylan à sa ville natale.

DUluth en hiver - une certaine idée de la méclancolie
Duluth en hiver - une certaine idée de la mélancolie

Sur les routes du Minnesota avec Dylan

De nombreuses chansons de Dylan sont directement inspirées de son histoire au Minnesota comme Walls of Red Wing, Girl from the North Country, North Country Blues ou Something There Is About You. Révisons donc cette fameuse Highway 61 et partons vers le nord. Avec ses 154 miles suivant la côte de l’océanique lac Supérieur, c’est l’une des plus belles routes des États-Unis. En dehors de quelques petits villages aux noms souvent français, rien ou presque ne vient troubler la nature à l’état brut où seuls les grands arbres séparent les eaux du lac du ciel azur. Les Gooseberry Falls, un joli State Park, ou au Split Rock Lighthouse, un phare antique perché sur sa falaise depuis 1910, sont deux beaux spots pour un pique nique. Dylan reviendra en famille dans les années 1975 pour montrer sa région natale à ses enfants.

blog-etats-unis-minnesota-split-rock-lighthouse

Il fait un crochet par Fargo, sur la Red River à la frontière du Dakota du Nord en juin 1959. Travaillant au Red Apple Cafe, il veut être le pianiste de Bobby Vee sous le nom d’Elston Gunn. Mais ce dernier, alors au sommet de sa gloire ou presque, l’éconduit, ne le trouvant pas assez bon et découvrant aussi sa mythomanie (Dylan se vanta d’avoir joué avec des stars de la country…).

À l’été 1957, Bob et  son ami John Bucklen débarquèrent à Virginia, un village quinze miles à l’est de Hibbing, pour rencontrer le DJ de la radio locale WHLB, Jim Dandy, de son vrai nom James Reese, histoire de mettre un visage sur une voix. Dandy était sans doute le seul Noir du village et il connaissait le blues, possédant une tonne de disques. Si à la radio il parlait comme un Blanc, il cessa de le faire quand il comprit que les deux gamins connaissaient la musique noire. Ils revinrent souvent pour écouter avec lui blues et rythmn’n’ blues.

© Photo principale : Jpellgen / flickr : © Photos de l'article : n°2 Marc Percansky / Twitter, n°3 Minnesota Local History & Historic Preservation, n°4  Jacob Norlund / Flickr, n°5 Captain Tenneal / Flickr