Dix balades en train – 1

Le train est indissociable du voyage américain. Il fait totalement partie de l’histoire du pays. C’est le chemin de fer qui a permis d’asseoir la puissance industrielle du Nord contre le Sud, de domestiquer l’espace et d’avancer vers l’ouest. Avec l'achèvement du train transcontinental en 1869, le "cheval de fer" fut utilisé partout et à grande échelle. Les États-Unis célèbrent même depuis 2008 la journée du train dans tout le pays.

Aujourd'hui, de nombreuses voies ferrées ont été réactivées à des fins touristiques – pour le plus grand bonheur de l'amateur – par des équipes de mordus du rail. Découvrir le pays, des Appalaches à Hawaï, à bord des vieux trains d'autrefois offre quantité de perspectives intéressantes fleurant bon le parfum de l’aventure et de l’escarbille dans l’œil. Plongez à l’époque épique de la locomotive à vapeur et de la puissante locomotive diesel.

1 Le Cog Railway (New Hampshire)

C’est au cœur des White Mountains, la région la plus montagneuse de Nouvelle-Angleterre, que se trouve le mont Washington (1917 m), plus haut sommet des Appalaches.

Il est accessible en 65 minutes, à la vitesse moyenne de 4,5km/h, par le Cog Railway, un train à vapeur à crémaillère à voie étroite construit en 1869, avec une pente record dépassant les 37% dans le passage surnommé l’échelle de Jacob. De retour au pied de la montagne (en 40 minutes seulement), il faut aller prendre un thé (ou un cordial…) dans les salons du palace historique de 1902, où furent signés en 1944 les accords de Bretton Woods.

2 Ethan Allen Express, entre lacs et forêts (New York)

Olivier Romano – La station de métro Penn Station dessert la gare éponyme
La station de métro Penn Station dessert la gare éponyme

Exception dans notre sélection, ce train, portant le nom de l’un des grands héros de la Révolution américaine, est un train régulier opéré par Amtrak. Partant de Penn Station au cœur de Manhattan, il rejoint Rutland dans le Vermont en remontant la rive gauche de la très belle vallée de l’Hudson. Il vaut donc mieux s’asseoir à gauche dans le sens de la marche pour profiter de la meilleure vue...

Après Albany, la capitale de l’État de New-York, il laisse les Catskills à l’ouest, pour revenir dans les Green Mountains qui ont inspiré à Champlain le nom de Vermont. Le voyage à l’automne est bien sûr incomparable, les feuillages caducs passant par toutes les couleurs.

On peut faire des arrêts en route dans l’un des villages rythmant le parcours, et qui donnent l’impression de visiter un magasin d’antiquités en plein air. Nous avons adoré flâner à Saratoga Springs, charmante ville d’eau Belle Époque, célèbre aussi bien pour la bataille décisive de la Guerre d’Indépendance de 1777 que pour son champ de course, le plus ancien du pays, et lieu de rendez-vous traditionnel de toutes les élégances.

3 Cass Scenic Railway (Virginie occidentale)

Ce train relie le hameau de Cass à Bald Knob, le troisième plus haut sommet de la Virginie occidentale, assurément l’un des États les moins touristiques du pays. Ses 18 km (tout ce qui reste du réseau de 4 828 km qui quadrillait l’État en 1911), vous ramènent à l’époque des compagnies forestières qui créaient leurs propres villes, à l’instar des compagnies minières.

Cass n’a pas beaucoup changé depuis 50 ans. On peut d’ailleurs louer certaines maisonnettes ouvrières restaurées, le magasin général approvisionne toujours le voyageur de passage et les ateliers du chemin de fer ont des airs de cimetière de ville-fantôme.

Aujourd’hui propriété de l’État, le chemin de fer, destiné au transport des billes de bois, remonte à 1901. De vaillantes locomotives Shay s’époumonent en commençant l’escalade par d’incroyables épingles à cheveux gravissant les pentes abruptes (à 11% !) du mont Bald Knob

Six kilomètres après le départ, le train s’arrête à Whitaker Station. La Mountain State Railroad & Logging Historical Association y a construit la réplique d’un camp de bûcherons des années 1940. Le plat de résistance est l’énorme tour d’abattage Lidgerwood qui, montée sur rails, transportait les troncs sur des distances atteignant 1000 mètres. Si vous avez pris l’excursion complète, le train s’ébroue à nouveau laborieusement pour rallier Oats Run et s’y ravitailler en eau avant d’arriver en contrebas du sommet de Bald Knob (1476 m). Sortez couvert pour admirer le panorama car le vent est souvent de la partie…

4 Heber Valley Railroad (Utah)

Depuis 1899, un train arpente la vallée de Heber et le très beau canyon planté d’arbres de Provo, perdus dans les monts Wasatch à moins d’une heure au sud-est de Salt Lake City. Mus à la vapeur ou au diesel, les convois du Heber Creeper, propriété de l’Utah, assurent la liaison de 51 km autrefois effectuée par le Denver & Rio Grande Western.

Les excursions sont souvent thématiques : avec dîner, BBQ cow-boy, ou encore chocolat chaud à volonté lorsque le train devient, en décembre, le Pôle express recevant la visite du Père Noël. L’une des excursions les plus populaires est Wild West Days, une balade de 45 minutes avec attaque de train à la manière de Jesse James et règlement de compte à la gare… Très bon enfant tout ça et facile à placer quand on est sur l’axe Salt Lake City – Moab par exemple.

5 Manitou & Pike's Peak Railway (Colorado)

Pike's Peak Cog Railway – Les locomotives écarlate du Pike's Peak
Les locomotives écarlate du Pike's Peak

Colorado Springs s’étale joliment au pied des 4 301 mètres du formidable Pike’s Peak couronnant la Front Range des Rocheuses très haut au-dessus des Grandes Plaines. On y monte par la route ou grâce à un train à crémaillère à voie étroite, le Manitou & Pikes Peak Railway. Financé par Zalmon Simmons, le magnat du matelas à ressorts, il fit son premier trajet en 1891. Les premières locomotives – inclinées pour maintenir la chaudière horizontale malgré la pente – fonctionnaient à la vapeur et elles redescendaient en marche arrière. On en voit un exemplaire à proximité de la gare inférieure.

Aujourd'hui les voitures écarlates de fabrication suisse, en service depuis 50 ans et tout droit sorties d’un magasin de modèles réduits, escaladent le flanc sud-est du Peak Pike. Il faut compter 3h10 pour effectuer le trajet aller-retour. Tout au long des 14 kilomètres de l’ascension, on a le temps d'observer le paysage peuplé de replètes marmottes ou de mouflons bighorns.

De temps à autre, on aperçoit la route, une enfilade de virages sur plus de vingt kilomètres, qui fait l'objet d'une course, remportée en 2013 par Sébastien Loeb.

Bon à savoir
Il est facile d’inclure les balades de cette petite sélection (il existe des dizaines de trains touristiques dans le pays…) au fil de son voyage à condition de les avoir un peu planifiées à l’avance. Il est bien sûr préférable de réserver les billets avant de partir, surtout quand on a des impératifs horaires, la plupart des trains étant très recherchés.
© photo principale : Herber Valley  © photos articles de haut en bas : Olivier Romano ; Herber Valley ; Pike’s Peak Cog Railway
  • superbe articles. j’adore.

    Fifite