Happy Fourth !

Nous voici le 4 juillet, une date qu’on marque d’une croix bleu-blanc-rouge aux États-Unis. N’y voyez là aucun clin d’œil à la France mais bien aux 3 couleurs de la bannière étoilée. C'est  le fameux Independance Day. Fameux pour les Français surtout depuis 1996 et la sortie de film catastrophe éponyme qui a popularisé le nom de la fête nationale américaine dans l’hexagone mais aussi à travers le monde.

Le jour de l’Indépendance

La fête nationale américaine célèbre le 4 juillet 1776. Ce jour là à Philadelphie, Thomas Jefferson présente sa Déclaration d’Indépendance qui libère les 13 colonies américaines du joug anglais. Tout ne s’est cependant pas soldé en cette belle journée estivale, la guerre d’Indépendance a perduré jusqu’en 1783. On peut se replonger dans l’atmosphère et les lieux où se sont déroulés ces événements en visitant le centre historique de Philadelphie où tous les bâtiments ont été conservés.

1  naissance pour 3 enterrements

Pas de chance, ils sont 3 (ex)présidents américains à mourir un 4 juillet : Thomas Jefferson, John Adams (qui participèrent à la rédaction de la Déclaration d'Indépendance) et James Monroe. Ce n’est pourtant pas un excès de barbecue ou un feu d’artifice mal lancé qui les firent trépasser. Il n'est pas président (pour l'instant en tout cas) mais il est connu pour être né un 4 juillet, c’est Tom Cruise... ou plutôt Ron Kovic le personnage qu’il incarne dans le film d’Oliver Stone Né un 4 juillet. Tom est cependant né la veille, un 3 juillet (1962). À quelques heures près, il avait tout bon.

itenney1225

Des parades et des feux d’artifice

À l’occasion de cette journée fériée, les parades se multiplient. La plus importante est celle de Washington D.C. qui parcourt la magistrale Constitution Avenue, en passant devant les grands monuments et memorials de la capitale américaine. Paradoxalement, New York n’organise pas de parades, elle qui est pourtant réputée pour ce type d’événement. Les autres parades ont plutôt lieu dans les petites villes du pays, où les miss locales président le plus beau char. Elle s’accompagnent souvent de tournoi de baseball ou de football américain.

jill Calrdy

Dans les grandes comme les petites villes, le soir venu c’est toujours le grand feu d’artifice. L’incontournable du 4 juillet. Grandiose quand il est organisé par les grandes villes, et pour ça New York retrouve sa stature, ou bricolé local dans les petits patelins, tout le monde y participe car la vente de feux d’artifice est libre. Autant dire, que les unes de presse locale du 5 juillet font toujours leurs gros titres sur les accidents et, malheureusement, les décès liés à des accidents de tir ou des noyades pour cause d’ébriété…

Jaszek

La Garden Party

Autre rendez-vous incontournable du 4 juillet, c’est la Garden Party. Un déjeuner festif qui s’étale sur tout l’après-midi et qui réunit famille et amis autour du sacro-saint barbecue. Burger au grill, chips en tout genre, macaroni & cheese, cupacakes aux couleurs de l’Oncle Same pour finir avec des marshmallows grillés. Comme toujours, on a la main lourde sur la décoration, le bleu-blanc-rouge du drapeau américain se décline sous toutes les formes. Des assiettes estampillées « Proud to be an American » et des nappes en papier décorées des portraits des présidents américains complètent un tableau où les bannières étoilées volent à tout vent et sur tous les formats. En plus des réjouissances gastronomiques, des batailles d’eau et des jeux collectifs bon enfant complètent cette journée le plus souvent ensoleillée. Une belle expérience immersion à vivre.

american-flag-cupcakes

Être Français aux États-Unis, un 4 juillet

Face à cette déferlante de patriotisme, on peut se sentir un peu mal à l’aise quand on est étranger. Oui, si vous êtes Anglais, certainement pas si vous êtes Français. Lafayette fait partie des héros de l’Indépendance américaine, tout comme Beaumarchais et dans une moindre mesure Marie-Antoinette et Louis XIV qui en ont perdu la tête. Au-delà de l’aide militaire, la France a aussi inspiré la Déclaration d’Indépendance avec l’esprit des philosophes des Lumières. Cocorico ! Cependant en 2003, le refus de la France à suivre les Américaine lors de la guerre en Irak a plongé l’image du pays dans la disgrâce, on se souvient de l’épisode douteux des Liberty Fries. Depuis la fin de l’ère Bush, l’image de la France a cependant repris un peu de galon.

CCo Public Domain

 

© Photo principale : CCo Public Domain ; © Photos de l'article : n°2  Itenney1225 / Flickr, n°3  Jill Calrdy / Flickr, n°4 Jaszek / Flikr, n°5 & 6 : CCo Public Domain