La Needle Highway

La route américaine n’est pas constituée seulement de gigantesques lignes droites traversant le continent, d’interstates balisées ou de routes historiques remises au goût du jour par le tourisme. Le réseau secondaire regorge de parcours spectaculaires, tracés dans des décors impressionnants et / ou chargés d’histoire. Parmi eux, la Needle Highway, dans le Dakota du Sud, tire son épingle du jeu. Alors si d’aventure, vos pas vous mènent aux environs, ne la manquez pas !

Faire passer un chameau par le trou d'une aiguille

Jugée impossible à tracer par des experts pessimistes, cette route aujourd’hui classée National Scenic Byway fut achevée en 1922 au cœur des Black Hills, les plus hauts sommets entre Rocheuses et Appalaches. Cette région sacrée pour les Indiens, et en particulier pour les Sioux qui en avaient fait leur sanctuaire, mérite largement qu’on lui consacre plusieurs jours. La Needles Highway, longue de 22 kilomètres, est une portion de la Highway 87. Elle est tout en virages serrés et tunnels étroits, tels le Iron Creek Tunnel ou le Needles Eye (le chas de l’aiguille). Ce dernier traverse une forêt de résineux dominée par des aiguilles de granite, à l'origine du nom du tunnel.

Les bisons du parc d’État Custer
Les bisons du parc d’État Custer

De fil en aiguille

On accède facilement à la Needle Highway. Depuis Rapid City, distante de 48 kilomètres au nord, il faut prendre la direction du parc d'État Custer. Ce dernier est célèbre pour ses quelque 1 300 bisons, qui faillirent voler la vedette à Kevin Costner dans le film Danse avec les loups. On peut aussi rejoindre la Needle Highway depuis Hot Springs et le parc national Wind Cave quand on vient du sud.

La route porte parfois le nom de Peter Norbeck, le sénateur qui œuvra dans les années 1920 pour classer le mont Rushmore monument national. Elle relie en effet les sites archi-connus du mont Rushmore et du Crazy Horse Memorial, en contournant par l’ouest le Harney Peak (2350 mètres), le plus haut sommet des Black Hills. La route zigzague et tournicote joliment dans les forêts en s’élevant en colimaçon, ce que les Américains appellent une queue de cochon et nous un tire-bouchon. Question de goût et de couleurs...

Le Sturgis Rally attire les motards du monde entier.
Le Sturgis Rally attire les motards du monde entier.

Aiguiller votre voyage

Faut-il préciser que la route est fermée l’hiver et qu’elle n’est pas accessible aux grands motorhomes. Il faut donc prendre son temps, de toute manière un peu obligé par la fréquentation estivale, notamment au moment du Sturgis Rally qui attire les motards du monde entier par dizaines de milliers début août, sans oublier cerfs ou bisons qui font fi du code de la route.

Si Rapid City offre de nombreuses possibilités d’hébergement, on peut préférer séjourner dans les petites localités au parfum western comme Keystone, Custer ou Deadwood plus au nord. On peut aussi opter pour l’un des lodges historiques du parc d'État Custer, plus proches de la nature et emblématiques du tourisme du temps jadis : le magnifique mais rustique Sylvan Lake Lodge au bord du lac homonyme fermé par d’énormes blocs de granite poli ou le State Game Lodge construit en 1920. Ce dernier est classé au National Register of Historic Places, il servit de Maison Blanche estivale au président Coolidge en 1927. C’est le point de départ d’excursions en 4x4 dans le parc pour aller voir les bisons de près.

© photo principale : South Dakota Department of tourism    © photos articles de haut en bas : South Dakota Department of Tourism ; South Dakota Department of Tourism