… de Marilyn Monroe à LA

Il est facile de se perdre dans Los Angeles. Pour vous aider à apprivoiser ce "Grand Nulle Part", je vous propose une balade nostalgique sur les traces de Norma Jeane Mortenson, née au monde du cinéma sous le nom de Marilyn Monroe. Celle qui allait devenir l’une des plus grandes stars hollywoodiennes des années cinquante y est née le 1er juin 1926, au Los Angeles General Hospital. Nombre de sites célèbres liés à sa carrière et sa vie jalonnent la cité des Anges. Tous ne sont pas ouverts au public ou facilement accessibles, d’autres ont subi des modifications plus ou moins importantes. Davantage qu’un parcours historique, il s’agit donc avant tout d’un hommage, voire d’un pèlerinage…

L’histoire et le mythe Marilyn Monroe

On connaît tous le nom de Marilyn Monroe, star planétaire, sex-symbol international et icône de la pop culture. Parmi les chefs-d'œuvre dans lesquelles elle apparaît, on citera Les Hommes préfèrent les blondes (1953) de Howard Hawks, Certains l’aiment chaud (1959) ou Sept Ans de réflexion (1955) de Billy Wilder, Niagara (1952) de Henry Hathaway qui la révéla au grand public ou le moins réussi Arrêt d’autobus (1956) de Joshua Logan qui lui valut une nomination aux Golden Globe.

Sa mort due à "un suicide probable" selon les conclusions de la police, sa collection de maris et d’amants officiels ou supposés, ses caprices qui rendaient dingue ses metteurs en scène, ses peurs et sa réputation d’actrice sensible et fragile, mais aussi son sex-appeal aussi exacerbé qu’ingénu, la firent entrer au Panthéon de notre imaginaire américain.

Le Hollywood Museum, véritable caverne d’Ali Baba

blog-usa-californie-los-angeles-hollywood-museum-2

Parmi les milliers de trésors exposés dans le Building Max Factor art déco de 1928, se trouvent quantités de photos et d’objets ayant appartenu à Marilyn Monroe. S’il ne fallait en retenir qu’un, nous choisirions sans hésiter la précieuse robe qu’elle portait lors de son mariage avec Joe Di Maggio, le légendaire joueur de base-ball, et lors de sa tournée en Corée en 1954 pour soutenir le moral de 10 000 G.I.s…

On y voit aussi les salons de maquillage de Max Factor, le maquilleur des stars d’origine russe. C’est ici qu’elle devint la blonde par excellence. Sur la porte, on lit "Entrée réservée aux blondes", une autre pièce étant réservée aux rousses comme Lucille Ball…

Nous n’avons pas manqué non plus la limousine Fleetwood Cadillac de 1961 que lui avait offert le producteur Darryl Zanuck. Une statue en bronze grandeur nature de l’actrice vêtue de la fameuse robe plissée soufflée par le métro new-yorkais de Sept Ans de réflexion se trouve à l’entrée du musée. Réalisée par Dominico Neri, elle a été inaugurée en 2006.

Le Grauman’s Chinese Theatre

CTTC10031816271384.jpg

C'est un arrêt indispensable pour les fans de Marilyn Monroe, notamment pour repérer l’empreinte de ses pieds (minuscules !) et de ses mains accompagnées de sa signature à côté de celles de la piquante Jane Russell, apposées en 1953 après l’énorme succès du film Les Hommes préfèrent les blondes.

Une petite plaque sur la fontaine porte une citation de Marilyn disant : "quand je venais au cinéma Grauman’s, j’avais l’habitude de mettre mes pieds dans une empreinte de star. J’avais l’impression que tout était donc possible… ou presque". Aux alentours immédiats, il n’est pas rare de croiser des sosies de l’actrice qui prennent la pose et avec qui les touristes se font photographier… Toutes les boutiques de souvenirs du quartier exposent dans leurs étals et vitrines un incroyable merchandising où Marilyn se taille la part belle.

Hollygrove Orphanage et l'enfance de Marylin

Norma Jeane séjourna 21 mois dans cet orphelinat de la Los Angeles Orphans Home Society en 1935-36. Sa mère, Gladys Baker Mortenson (née Monroe), une monteuse de cinéma de la RKO, vivait seule depuis sa séparation d’avec son second mari et souffrait de dépression nerveuse. Elle laissa sa fille en pension chez son amie Grace McKee (Goddard) qui n’avait pas les moyens de la garder.

Après l’hospitalisation de sa mère en 1935, la petite Norma Jeane, se retrouva donc dès 9 ans en pension à l’orphelinat comme pupille de l’État. En 1937, à 11 ans, Marilyn fut placée chez une relation de Grace, "Tatie" Ana Lower. Mais celle-ci ayant des problèmes de santé, Grace Mc Kee arrangea un mariage avec un voisin de 21 ans, Jim Dougherty, le 19 juin 1942 au Nevada, compte tenu du jeune âge de Norma Jeane.

Nul doute que ses premières années, si difficiles et douloureuses, marquèrent pour toujours Marilyn. Hollygrove n’est plus aujourd’hui un pensionnat mais toujours une institution consacrée aux enfants en difficulté. L’extérieur du bâtiment n’a pas beaucoup changé depuis son ouverture en 1912.

La demeure de Marylin

blog-usa-californie-los-angeles-maison-marilyn-monroe

La seule demeure que Marilyn posséda jamais se trouve dans les contreforts des Santa Monica Mountains à Brentwood. C’est l’un des "Trois B" du trio de quartiers chics de Los Angeles formé avec ses voisins Beverly Hills et Bel Air. Entre Sunset Boulevard au nord et San Vicente au sud, la maison est au fond de l’une des 18 courtes impasses reliées à Carmelina Street. Si vous avez un GPS, il est plus prudent de rentrer 333 Carmelina Avenue, juste au coin de la 5th Helena Drive.

Construite en 1929 pour le comptable d’un studio, la demeure a conservé son toit de tuiles, ses murs épais et ses sols en terre cuite ainsi que les poutres en bois habillant le plafond voûté du living-room, ce qui donne à l’ensemble un air de petite estancia hispanique assez ravissant avec piscine et citronniers. On sait que l’actrice s’était rendue au Mexique début 1962 pour choisir elle-même meubles, tapis et tuiles.

Achetée 77 500 $, la maison s'est vendue 3 850 000 $ en 2010, et en 2012, 5 100 000 $ ! On reste triste à l’idée que Marilyn n’y passa qu’un temps très bref. Entre son achat en 1961 et les travaux de rénovation, elle n’emménagea qu’en mars 1962. On la retrouva sans vie le 5 août suivant. Les travaux n’étaient pas terminés et tous les cartons n’étaient pas encore ouverts…

Comme souvent avec les demeures des hauteurs de Hollywood et Beverly Hills, on ne voit rien de l’extérieur. Vous ne nous en voudrez pas d’avoir été pistonné pour vous faire partager ce grand moment d’intimité avec Marilyn.

For ever Marilyn

blog-usa-californie-los-angeles-pierce-brothers-westwood-village-memorial-park-thomas-hawk-flickr

C’est au Pierce Brothers Westwood Village Memorial Park, à Westwood, juste au sud de Wilshire Boulevard près de la I-405, que repose Marilyn. Elle est y en bonne compagnie, le cimetière étant un véritable bottin mondain du show-business et des arts puisqu’on y trouve aussi les écrivains Ray Bradbury et Truman Capote, les actrices Natalie Wood et Farrah Fawcett, les acteurs Jack Lemmon et Walter Matthau, mais aussi Dean Martin, Roy Orbison, John Cassavetes et son ami Peter Falk, James Coburn ou les psychédéliques Janis Joplin ou Frank Zappa parmi tant d’autres. Si vous ne devez visiter qu’un seul cimetière de Los Angeles, c’est bien celui-ci.

Avec une seule entrée sur Glendon Avenue, il n’est pas très facile à trouver. Dirigez-vous vers le nord-ouest du cimetière en tournant à gauche à l’entrée, en suivant le mur des tombes. Celle de Marilyn est au numéro 34 du Corridor of Memories Mausoleum, encastrée dans un mur de tombeaux superposés, comme on en voit beaucoup à New Orleans. On distingue facilement la pierre tombale des autres, car elle est constellée de traces de rouge à lèvres laissées par les fans… Devant le mur, un banc blanc porte une plaque commémorative apposée en 1992.

Pour l’anecdote, la tombe juste au-dessus d’elle, est occupée par un certain Richard Poncher qui avait demandé sur son lit de mort à être enterré à plat ventre, face à Marilyn… En 2009, une vente aux enchères pour lui succéder avait grimpé jusqu’à 4,6 millions de dollars !

Lors des funérailles, on passa Somewhere Over the Rainbow, la célèbre chanson de Judy Garland dans Le Magicien d’Oz. Son éloge funèbre fut prononcé par Lee Strasberg, le fondateur de l’Actor’s Studio auprès de qui elle avait étudié la fameuse "méthode" qui faisait fureur dans les années 1950 avec les James Dean ou autre Marlon Brando. Pendant les vingt années qui suivirent la mort de son ex-épouse, Joe DiMaggio fit fleurir sa tombe d”une demi douzaine de roses rouges trois fois par semaine. Il ne s’exprima jamais publiquement sur leur relation et ne se remaria jamais.

Sur les traces de Marilyn Monroe
Los Angeles General Hospital, 1100 Mission Road
Hollywood Museum, 1660 N. Highland Avenue
TCL Chinese Grauman Theatre, 6925 Hollywood Boulevard
Hollygrove Orphanage, 815 N. El Centro Avenue
Maison de Brentwood, 12305 5th Helena Drive
Pierce Brothers Westwood Village Memorial Park, Glendon Avenue
© photo principale : Thomas Hawk / flickr ; © autres photos : Hollywood Museum ; California Travel and Tourism Commission / Andreas Hub ; JGKlein / WikimediaCommons ; Thomas Hawk / flickr