Sur un air de country 1/6

Une première thématique, musicale cette fois-ci, qui vous mènera à Nashville et à Austin mais aussi dans quelques bleds improbables pour découvrir l’envers du décor.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire en se fondant sur l’appellation "Country & Western" et l’habillement arboré par ses aficionados, la musique country est originaire du sud des Etats-Unis et en particulier du Tennessee.

La country est dérivée des musiques et danses folkloriques importées par les Écossais et les Irlandais dans les Appalaches. Souvenez-vous de l’air de banjo dans le film Délivrance ! Elle est ensuite popularisée sur tout le continent, pendant les années 1920-1930, grâce à l’apparition du disque mais surtout de la radio et grâce au développement du show-business. Elle est aujourd’hui, parmi tous les genres de musique populaire, la plus authentiquement américaine. Avec le blues bien sûr, avec lequel elle a fusionné pour offrir au monde le rock’n’roll.

Une bluette pour Blancs ?

Le genre a souvent été décrié ou ignoré par la critique française qui n’y a longtemps vu qu’une musique mièvre aux arrangements sirupeux et aux chansons racontant toujours la même bluette. Une musique de Blancs (même si des Noirs en ont chanté à commencer par Robert Johnson et plus tard Ray Charles), au parfum beauf, conservateur, voire réactionnaire.

La country va pourtant bien au-delà de sa caricature redneck (plouc au cou rouge à force de rester sur son tracteur) en produisant quantités de variantes : country-rock, country-blues, country-folk et on en passe, avec des auteurs-compositeurs-interprètes à l’énorme renommée nationale, voire internationale comme Johnny Cash ou Willie Nelson. La country a aussi influencé des artistes venus d’autres horizons comme Elvis Presley, Bob Dylan, Stills et Nash, Neil Young, les Byrds, Bruce Springsteen, pour n’en citer que quelques-uns, sans oublier Eddy et Johnny qui sont venus faire leur "country out" à Nashville…

Retrouver aujourd’hui aux manettes de leurs studios de Nashville, Jack White des White Stripes ou Dan Auerbach, le guitariste-chanteur des Black Keys, démontrent la diversité et la richesse de la country et le perpétuel renouvellement du Nashville Sound.

La country fait son cinéma

Ses débuts balbutiants ont été racontés de manière truculente dans O Brother, le film des frères Coen. Vous comprendrez son impact sociétal grâce au vitriolesque autant que fascinant Nashville de Robert Altman. À travers la vie romancée de Johnny Cash racontée dans Walk the Line, vous suivrez la vie d’un artiste fondu au noir. Mais le meilleur film sur la country est sans aucun doute Honky Tonk Man, chef d’œuvre de Clint Eastwood. Une balade mélancolique qui nous raconte la poignante vie d’un chanteur ambulant tuberculeux courant les routes, s’inspirant de Jimmie Rodgers ou Hank Williams. Plus récemment, le talent de T-Bone Burnett et les compositions inspirées de Jeff Bridges et Robert Duvall, firent de Crazy Heart une nouvelle réussite.

Avec la country, vous allez entendre parler du pays !

Ces derniers temps, le goût pour les danses western ont favorisé son retour en grâce et ont stimulé la passion française pour la country. Alors, défiez-vous des a priori, enfilez une paire de jeans et des bottes, nouez un bandana et partez en voyage à travers l’Amérique sur les hauts lieux de la country, universellement célébrée et écoutée du fin fond du Tennessee à la Californie en passant par l’Alabama, la Virginie, le Mississippi, le Missouri, l’Arkansas et le Texas.

© photo principale : Tennessee Dpt of Tourist Development