Woodstock : « trois jours de paix, d’amour et de musique » qui durent toujours

C’est ici, dans une prairie voisine du petit village de Bethel que, du 15 au 17 août 1969, se déroula le plus célèbre festival de musique pop de tous les temps. Prévu pour 50 000 spectateurs, il va entrer dans la légende en marquant l’apogée de la (contre)culture hippie dont la pop est le vecteur le plus populaire, et du slogan "faites l’amour pas la guerre" alors que l’Amérique s’enlise dans la Guerre du Vietnam.

Woodstock, la genèse

Devant se dérouler à l’origine à Woodstock, 50 miles à l’est, le Woodstock Music & Art Festival, accueillit au moins 450 000 spectateurs venus voir la crème de la crème de la pop anglo-saxonne dans une prairie louée à la hâte au fermier Max Yasgur. Ironie de l’histoire des Etats-Unis, il gardera à jamais le nom de la ville qui le refusa… Événement majeur sur le plan musical qui va voir l’avènement du rock psychédélique, son retentissement fut également considérable sur le plan social.

blog-etats-unis-woodstock

Ces centaines de milliers de personnes, des jeunes, pouvaient donc se réunir spontanément au milieu de nulle part juste pour écouter de la musique. Un concert à l’origine payant pouvait devenir gratuit (pour des raisons aussi de sécurité, les organisateurs étant totalement dépassés par le succès de l’entreprise) et devenir le plus grand rassemblement humain de l’histoire auquel on peut assister quasiment en direct à la télé. Toute une génération allait s’en trouver marquée à vie, son influence se retrouvant en permanence dans la culture et la musique américaines et au delà. Très souvent les rappels des concerts d’aujourd’hui reprennent les cris de Woodstock.

blog-etats-unis-woodstock

Woodstock aujourd’hui, entre musée et concerts

Le Musée de Bethel Woods, ouvert en 2008 au sommet de la colline dominant le terrain même de la ferme de Yasgur, est administré par le Bethel Woods Center for the Arts. Ouvert de mai à décembre, il offre une passionnante plongée dans la fin des années 1960. Animations, expositions, expériences interactives, objets en tout genre illustrent tous les aspects de la décennie en abordant le contexte historique international et les aspects socioculturels spécifiques aux États-Unis : de la Guerre Froide aux droits civiques, de la conquête de l’espace à la contre culture et son expression à travers la pop music, la drogue et la libération sexuelle.

blog-etats-unis-woodstock

L’expo Woodstock and The Sixties rappelle l’époque où l’attitude peace and love était stimulée par des couleurs éclatantes, un graphisme psychédélique et une musique tantôt planante tantôt revendicative, parfois les deux. La collection d’affiches de concert est assez étonnante. Nous avons adoré le vieux bus scolaire orné de peintures psychédéliques ou la Coccinelle Volkswagen décorée dans l’esprit du Flower Power. Mais rien de tel que de se vautrer sur des gros poufs pour apprécier le concert projeté à 360° comme si on y était… !

blog-etats-unis-woodstock

Nous avons eu la chance de croiser des festivaliers barbus et chevelus mais chauves aussi qui nous ont raconté leurs souvenirs et leur émotion était bien palpable. "On ne peut être que touché par ce qui s’est passé ici en 1969" nous explique Wade Lawrence, directeur et conservateur du site. Il ajoute : "On peut facilement passer la journée à explorer le musée et se promener sur le site, il ne faut surtout pas manquer d’aller voir la plaque historique dédiée au festival". Dommage, nous on a trouvé que ça ressemblait un peu trop à une pierre tombale… La prairie est en revanche restée en grande partie dans son état d’origine et l’herbe y est toujours aussi verte. D’ailleurs, nous fermons les yeux sous le léger crachin. Nous entendons les "No rain, no rain" scandés par la foule, la voix rauque de Janis, les riffs d’Alvin Lee, les envolées de Jimi… Pourtant nous n’avons rien fumé, on vous le jure !

De nombreux concerts sont donnés régulièrement, les anciennes gloires de l'époque comme Crosby, Stills, Nash & Young lors de la saison inaugurale en 2006, sont montés sur la scène du Pavilion, un amphithéâtre de 15000 places.

Le vrai Woodstock

Attention, le festival ne s’est donc pas déroulé comme prévu au village de Woodstock, situé plus près de la vallée de l’Hudson où l’on peut passer avant ou après Bethel Woods. L’endroit est typique de la campagne du nord-est des US avec ses boutiques, galeries d’art et d’antiquités. Fondée déjà en 1903, la Byrdcliffe Art Colony est l’une des plus anciennes communautés Arts & Crafts du pays.

blog-etats-unis-woodstock

En 1916, le philosophe utopiste Hervey White bâtit une chapelle musicale dans les mois, prélude au Maverick Chamber Music Festival. Un certain Bob Dylan qui avait repéré dès 1963 son atmosphère paisible loin des paparazzi y vécut un temps avec Joan Baez. Il enregistra avec ses copains du Band dans leur cave de leur maison de West Saugerties les fameuses Basement Tapes en 1967. Pourtant sollicité, il n’a pas participé au festival à l’inverse du groupe.

Après le festival, Woodstock reçut de nombreux concerts de folk et de rock avec Richie Havens, Paul Butterfield, Dave van Ronk et Van Morrison. Deux membres éminents du Band, Levon Helm et Rick Danko reposent au Woodstock Cemetery. The Barn (la grange) l’ancienne demeure et studio de Leon Helm accueille encore les Midnight Ramble jam sessions en son honneur où quantités de musiciens bien connus viennent participer. Il faut réserver des mois à l’avance et amener un plat à partager à la table commune, comme chez des amis.

 

© Photo principale : Cp_thornton ; © Photos de l'article : n°2&3  Derek Redmond & Paul Campbell, n°4 Steve Brown, n°5 bulletproofsoul67, n°6 Cp_thornton